mercredi 15 novembre 2017

Le produit que tu aimes avant de l’essayer : YTTP


Pour moi, c’est celui-là. Signé Youth To The People (ou YTTP). Qui ne me correspond pas du tout puisque je ne nettoie pas mon visage à l’eau et que c’est un gel moussant visage. Tant pis, je l’aime quand même. Son look à la déco très sobre, j’adore. Si je le visualise dans ma salle de bains, il l’embellit illico. Les ingrédients me parlent aussi, le combo chou kale/épinards, c’est mon alibi préféré pour m’enfiler ensuite des tartines de Nutella. Et puis, la marque qui vend du green et qui clame qu’il nous faut les mêmes ingrédients sur la peau que dans notre corps, je suis preneuse aussi. La compo est assez clean sauf un chouia de phénoxyethanol à la toute fin des ingrédients (ce n’est donc pas bio ni certifié). Evidemment, la marque est CALIFORNIENNE (pourquoi tu demandes ?). Evidemment, c’est vegan (pourquoi tu demandes, bis ?). Il coûte 29,90 €, en exclu sur le site de Sepho. 

dimanche 12 novembre 2017

pourquoi j’ai du mal à trouver un bon lait corporel ?

C’est Lola qui me dit qu’elle ne trouve jamais de lait corporel assez hydratant pour sa peau, et c’est vrai qu’en y réfléchissant, je suis toujours obligée d’en tester plusieurs avant d’en trouver un bon. Idem pour mes copines proches, surtout celles qui ont dépassé 50 ans : la peau a alors vraiment besoin d’un produit ultra-costaud. Et oui, c’est difficile à trouver mais c’est aussi un peu de notre faute à nous, les consommatrices. Parce qu’on ne sait pas ce qu’on veut. On veut du très hydratant mais il ne faut pas que ça colle sur la peau et il faut aussi qu’on puisse s’habiller tout de suite. Résultat, la plupart des marques mettent un max de silicones dans leurs formules. C’est idéalement hydratant sur le moment mais ça ne pénètre pas. Quinze minutes après, c’est comme si on n’avait rien fait. Repérez les formules où les silicones (par ex dimethicone) arrivent très vite dans la liste INCI (dans les 5 premiers ingrédients). Pareil pour les formules alcoolisées qu’on trouve de plus en plus en bio. Les laits sont tout frais, pénètrent vite et au bout de deux semaines d’utilisation, vos jambes sont toutes sèches comme si elles n’avaient jamais vu un lait corporel de leur vie. Donc, si vous voyez « Alcool Denat » en deuxième ou troisième position sur la liste INCI, fuyez aussi ! Quant aux produits vendus en pharmacies, les plus hydratants contiennent souvent des huiles minérales, c’est bien pour hydrater parce que c’est occlusif. Cela signifie qu’au moins la peau ne perd pas son eau. Mais l’idée de se mettre des produits issus de la pétrochimie, bof… Quant à l’huile végétale, c’est pas mal, mais on ne peut pas s’habiller direct ensuite et elle n’apporte pas le côté émollient qui assouplit la peau et qui est si agréable avec le lait. Alors, c’est quoi la solution ? Déjà on évite de trop savonner ses jambes, on baisse la température de l’eau dans la douche et on ne fait pas durer celle-ci plus de 5 minutes. Ainsi, on n’agresse pas inutilement sa peau. Et puis… On arrête de chercher l’impossible, si on a une formule ultra-hydratante, on attend 5 minutes pour s’habiller, quitte à ne l’appliquer que tous les deux jours et à alterner avec une huile le week-end. 

mercredi 8 novembre 2017

Le Teint Particulier de Lancôme : juste bluffant !


Ca va parler à toutes celles qui ne trouvent jamais la bonne couleur de fond de teint, Lancôme propose sur son stand des Galeries Lafayette à Paris (mais je pense qu’ils vont installer cette machine en province sous peu) un appareil qui reproduit exactement la couleur de votre peau. Du coup, plus besoin d’hésiter entre plusieurs tons, de tester sur la joue et… de se maudire en rentrant parce qu’on a regardé tout ça à la lumière électrique et pas à la lumière du jour ! Bref, la fin de la quête impossible… Le procédé est assez simple et rapide : on s’installe sur le stand (il y a des cars entier de chinois en train de s’extasier sur la coupole des Galeries et de photographier tout ça, faut faire abstraction…), la conseillère de la marque démaquille le visage puis applique un petit appareil sur trois points qu’on a choisis au préalable (par exemple, joues, tempes, menton) pour scanner la carnation. On remplit un questionnaire sur ses préférences en matière de couvrance et sur son type de peau, puis la machine commence à mélanger base et pigments pour fabriquer le produit. Tout ça prend en gros 20 minutes, y compris le temps que la conseillère remaquille la cliente. Ensuite, si on veut réacheter le produit, il suffit de donner son numéro de code. Alors, certes, c’est plus cher qu’un fond de teint banal (c’est 85 euros) mais pas si cher que ça à mon avis, car je trouve que c’est un produit qui dure très longtemps, on ne l’achète pas tous les deux mois comme une crème. Un par an c’est souvent bien suffisant.

dimanche 5 novembre 2017

Le bon produit pour les sourcils ? Chez Benefit !


Ca peut rebuter certaines, ces noms de produits avec plein de blagues et les emballages comme des fringues de Wonder Woman, n’empêche que la marque fait des formules ultra-spécialisées. Perso, j’adore la gamme pour les sourcils, d’abord parce qu’il y a le choix pour teinter, densifier, dessiner et que les formules sont très précises. Mes préférés, ce sont les petits mascaras (Gimme Brow 26,50 euros) qui transforment naturellement et en dix secondes des sourcils miteux, à condition de bien choisir la couleur évidemment. Ca paraît foncé quand on sort le goupillon mais au final, ce n’est pas très pigmenté. Les crayons sont parfaits aussi, la texture est onctueuse et waterproof, la forme biseautée et le goupillon pratique et les couleurs -six en tout- bien travaillées (Goof Proof 26,50 euros aussi).

mercredi 1 novembre 2017

Susanne Kaufmann gagne à être connue !


Je dois être la cliente idéale pour les marques bien austères, dès que les flacons sont minimalistes, tout blancs et airless (pour ne pas y mettre les doigts) ça m’attire. Si en plus, c’est naturel ou bio, je frétille ! Parce que précisément, c’est ce qui manque dans les marques bio, du flacon qu’on a envie de montrer dans sa salle de bains. Surtout que là, les produits à l’intérieur sont à la hauteur de mes attentes : textures super bien travaillées, on sent le savoir-faire. J’ai adoré le lait pour le corps, c’est un vrai critère pour moi car les bons laits corporels sont difficiles à trouver en bio (avis perso !). Alors, évidemment c’est hyper cher (60 euros environ les crèmes de jour, 60 euros le lait corps de 250 ml dispo). Quid du nom ? Susanne K existe en vrai, c’est une Autrichienne qui a développé un spa à l’origine et qui a décidé de fabriquer des produits à base de plantes alpines. Visiblement inspirée mais pas gourou, sa bio est assez courte sur le site de la marque. Je ne suis pas sûre que tous les produits soient certifiés bio mais ils sont, sans conteste, très naturels, la liste des ingrédients est totalement clean. 

dimanche 29 octobre 2017

Offrez-vous un nouveau nez !


C’est le seul confrère à qui je fais une méga pub (gratuite !), le numéro 4 vient de sortir et il est consacré aux odeurs de l’art. On y parle aussi de l’odeur des drogues, les douces, les dures, les légales ou pas. Et puis, un reportage sur le oud, une interview d’olivier Roellinger, un article sur l’odorat des aveugles, un gros plan sur la carotte (un peu confidentielle en parfumerie mais ça devrait changer) et toujours des critiques (des vraies…) de parfums sortis récemment. Toujours aussi bien écrit et documenté. Voilà, ça commence à faire une mignonne petite collection dans la bibli. Il coûte 19,90 euros et s’achète dans les bonnes librairies ou sur le site. Les Mook (magazine + book) sont-ils l’avenir de la presse écrite -mourante par ailleurs- ? J’aurais tendance à dire oui, en tout cas, moi je suis une bonne cliente (par exemple de XXI, America etc).

mercredi 25 octobre 2017

L’alcool, c’est mauvais pour la peau ?

Ca dépend. D’emblée je dis oui et je préfère, pour ma part, utiliser des produits sans alcool sur le visage et le corps car je trouve ça trop desséchant. Mais il y a des nuances car l’alcool sert aussi à faire pénétrer plus efficacement les principes actifs. C’est pour cela qu’on en trouve généralement dans les lotions anti-chute pour cheveux (et aussi parce que ça ne risque pas de poisser) ou dans les produits amincissants. Même s’il n’y en a pas beaucoup, c’est utile pour les formules à base de cafeine - pour info celle-ci ne fonctionne pas dans une composition à base d’huile. Il y en a souvent aussi dans les produits bio allemands où il sert de conservateur, je déteste, je trouve ça ultra-desséchant. Idem dans certaines crèmes « oil free » pour peaux grasses : je n’aime pas, on peut très bien formuler aussi efficacement sans alcool, ça évite l’effet rebond de la production de sébum. Oui, quand on élimine tout le sébum, la peau agressée en produit encore plus pour se protéger, d’où l’intérêt de soigner les peaux grasses avec douceur. Mais le comble pour moi, c’est l’alcool dans les produits solaires. Il y a quelques années, j’avais utilisé un spray très liquide, je n’avais pas fait attention à la compo mais ma peau était légèrement irritée (par un coup de soleil justement) et ça a été plutôt douloureux ! Je n’ai pas vu récemment de solaires alcoolisés mais, méfiance…